SYRIE. Razan Zaitouneh, activiste syrienne, parle de sa peur, après le discours du président Bachar el-Assad, mercredi 30 mars 2011, et à quelques heures de nouvelles manifestations dans plusieurs villes syriennes, vendredi 1 avril. Découvrez ses réactions (audio).

Par NICOLAS BURNENS

Les rues de Damas, la capitale, étaient calmes, jeudi 31 mars 2011. Les manifestants étaient encore abasourdis par le discours du président Bachar al-Assad, mercredi 30 mars. Un président confronté depuis deux semaines à une vague de contestation sans équivalent depuis son arrivée au pouvoir il y a onze ans. Ce 1er avril, un nouveau vendredi de la colère est prévu. Beaucoup de spécialistes craignent une répression très forte.

Razan Zaitouneh est activiste des droits de l’Homme à Damas. Cette avocate syrienne de 34 ans a consacré ces dernières années une bonne partie de son temps, via le Centre d’études pour la défense des droits de l’homme, aux victimes du régime syrien, notamment en défendant des journalistes. Selon plusieurs sources, il y a aurait plus de 3000 prisonniers politiques en Syrie.

Ecoutez ses réactions en anglais, traduites en français, à propos du discours du président syrien et des manifestations.

Nous n’avons jamais eu aussi peur. »

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Le discours a été un choc. C’est très surprenant qu’il n’ait rien concédé. »

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Image de prévisualisation YouTube

« Depuis ce discours, la jeunesse a encore plus peur. Il est difficile de savoir si les manifestations seront suivies ce vendredi 1er avril. Il est clair qu’elles seront réprimées violemment. On peut le lire entre les lignes du discours de Bachar al-Assad », tient-elle à préciser.

Jeudi 31 mars 2011, le président a ordonné la création d’une commission de juristes chargée d’examiner la levée de l’état d’urgence en vigueur depuis 1963 en Syrie. Une loi propice aux arrestations arbitraires et à la torture, selon les organisations non gouvernementales.

Razan Zaitouneh considère que la levée de l’état d’urgence ne changera rien. Le pays a besoin autant de réformes politiques qu’économiques.

C’est un désastre. Rien ne va dans le sens d’une réforme. »

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

En 1982, la répression sous Hafez el-Assad, le père de l’actuel président, avait fait plus de 20 000 morts, au travers du massacre de Hama. Beaucoup craignent que le scénario se répète cette fois-ci. Razan Zaitouneh, elle, n’y croit pas :

A l’époque, la population était armée. Aujourd’hui, les manifestations sont pacifiques. »

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Depuis le 18 mars 2011, les manifestations auraient fait plus de 250 morts. Les contestations ont commencé à Derra, ville de 75 000 habitants au sud du pays, près de la frontière jordanienne. Les jeunes ont décidé d’en finir avec la peur et la répression exercée par le parti Baas, au pouvoir depuis 1963.

Au premier rang de la contestation, une jeunesse très formée, mais qui demande de vivre avec dignité. « Je pense qu’ils ont été très attentifs à ce qui s’est passé en Tunisie et en Egypte. Avec tous ces slogans. Ce qui s’est passé en Egypte est une grande leçon pour toute la génération arabe », conclut Razan Zaitouneh.

Nous n’avons jamais vu un tel acte de courage, malgré le feu et les arrestations. »

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.