REPORTAGE AUDIO. La Tunisie est le berceau de la révolution arabe de ce printemps avec cet acte déclencheur en décembre 2010 : l’immolation par le feu à Sidi Bouzid de Mohamed Bouazizi, vendeur ambulant de fruits et légumes.

Un mois plus tard, le 14 janvier, la rue poussait le président Zine el-Abidine Ben Ali à quitter le pays après 26 ans de dictature. Sur fond de crise économique, les promesses de la révolution peinent aujourd’hui à se traduire dans le quotidien de nombreux jeunes tunisiens. Entre espoirs et désillusions, un reportage de NICOLAS BURNENS dans les rues de Tunis.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Zohir, 22 ans, est vendeur à la sauvette au pied de la médina de Tunis. Si la contestation a commencé par l’immolation d’un marchand ambulant, sa situation à lui, n’a pas changé. (Photo : Nicolas Burnens)