REPORTAGE AUDIO. Estimé à 45’000 au début de la guerre civile, les réfugiés libyens seraient encore 25’000 à Tataouine, ville du sud de la Tunisie. Certains Tunisiens leur ont offert leurs habitations. Les autres réfugiés vivent dans les camps.

A Maztouria, dans une petit localité près de Tatouine, NICOLAS BURNENS a rencontré Nasser Naciri, 31 ans, un Tunisien engagé, comme beaucoup d’autres, dans l’humanitaire. Il s’occupe des réfugiés. Reportage.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Nasser Nciri est un psychologue tunisien de 31 ans. Il travaille pour Médecins sans frontières (MSF) depuis sept mois, notamment dans le dispensaire de Maz Touria à quinze kilomètres de Tataouine. Plus de 300 familles libyennes vivent dans la localité. (Photo : Nicolas Burnens)