PAROLES. Ils habitent au Maroc, en Algérie, en Egypte ou encore au Barheïn. Ils sont étudiants ou jeunes diplômés. Ils participent aux manifestations dans le monde arabe ou les suivent de près. Ils nous livrent leurs impressions. Découvrez la carte interactive.

Bilel Ounifi, 25 ans, jeune de Tunis, a notamment été présentateur à la télévision nationale tunisienne. Ancien membre du Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD) de l’ex-président Ben Ali, il veut aujourd’hui fonder un nouveau parti politique.

أرجو من مرحلة ما بعد ثورة ألا يكونوا كمن تعلم قيادة السيارة ولم يتعلم معها

إرشادات المرور

Bilel Ounifi espère que les jeunes sauront quoi faire des acquis de la révolution, ce que ses parents n’ont pas réussi à faire au moment de l’indépendance.

Au Bahrein, Mohammed el-Ghayeb, 26 ans ans, diplômé en droit, participe aux manifestations, mais se fait peu d’illusions. « Le Bahreïn va droit à la guerre civile », explique-t-il.

اتوقع مزيداً من التشنج الطائفي وان البحرين لن تحقق شيئاً كبيراً من التحركات الشعبية

Ahmed Rida Keniz, au Maroc, suit les événements de loin depuis El Jadida. Pour lui, le royaume doit certes se réformer, mais n’a pas besoin d’une révolution, alors que le roi Mohammed VI a promis des réformes.

Non à la révolution au Maroc mais oui à l’évolution. »

Comme Bilel, Mohammed ou Ahmed, ils sont des millions à vivre le printemps arabe dans leur pays.

Découvrez quelques un d’entre eux à travers la carte interactive. Cliquez sur les repères et sur les liens pour découvrir leurs impressions. Prochainement, d’autres jeunes les rejoindront.

Afficher Paroles de jeunes sur une carte plus grande